*se lève, remet sa veste* Allons les enfants, il est temps de se dire au revoir.

Lundi 21 Octobre 2013
18h00



2010

Ça fait des semaines que je réfléchis à la plus jolie façon de l’écrire, mais finalement je ne trouve pas. Alors autant y aller vraiment.

Le blog va se reposer, prendre une bonne sieste, une nuit, des vacances, quelques années sabbatiques sûrement. Je ne le ferme pas car je suis un peu trop nostalgique de toutes les recherches, de toute la frénésie de toutes les jolies futilités postées ici au fil des ans. J’ai beaucoup changé et je suis restée totalement la même personne, tu vois je ne triche pas, je t’écris sur Sixpence None the Richer.
J’ai adoré passer par ici, écrire, t’écrire, réfléchir, jouer des rôles, partager. C’était vraiment drôle et très souvent productif, mais j’ai envie d’autres choses. Ne te méprends pas, je n’ai pas dit que je faisais un pied de nez aux sapes, je dis juste que j’envisage les choses différemment à présent. Et puis la seule personne à qui je fasse un pied de nez c’est Lagerfeld (et Galiano bon). Je vais continuer d’acheter, de fouiner, de m’inspirer, de revendre, de me tromper, d’être hasardeuse et assurée, mais plus intimement. Je ne suis plus si à l’aise avec le partage sur ce site, mon visage, mon corps. Et si mes idées restent souvent les mêmes je n’ai plus tant d’envie d’expliquer. De toute façon, toi qui me lis depuis deux jours ou deux ans tu m’as déjà vite cernée je suppose, entre mes icônes et mes rejets.
Il y’a eu de chouettes rencontres sur la blogosphère. Merci à vos passages réguliers ici, à vos idées, vos avis, vos contestations, vos lectures silencieuses. À votre patience aussi, je sais que me suivre entre mes amours sarouelesques et mes envies de legging lycra ça n’a pas été simple. Merci à ma Ju aussi d’avoir été une super camarade de shopping et de m’avoir poussée à ne pas avoir peur de porter ce qui me fait envie. Merci au Père Noël d'avoir été un si grand bienfaiteur. Merci à ma Sainte d’avoir eu la patience de laver sans se poser de questions la tonne de vêtements que je me payais avec l’argent qu’elle me donnait pour manger. Merci à mon Papa de ne plus faire de commentaires sur mon nombre prétendument indécent de paires de chaussures. Merci à tous les anonymes du net qui sont si surprenants et inspirants qui donnent du sens là où il n’y en a pas. 
Il y’a des articles que j’ai pris plus de plaisir à écrire, c’est clair, alors j’avais juste envie de vous les re-proposer, comme d’une dernière embrassade avant de partir.

Ne soyez pas trop sages, l’instabilité a du bon elle emmène pile là où on ne s’attendait pas.

Baisers.




Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. J'ai mis un "j'aime", mais pas franchement en fait. En espérant te revoir bientôt par ici, avec ton caractère et ton originalité. Bises ma belle. Je te souhaite le meilleur.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est qu'un au revoir... ;) :-*
    ça fait tout drôle de lire ça après t'avoir enfin rencontrée hier... une "découverte" aussi plaisante que ton blog, concentré de toi, l'avait laissé imaginer <3

    RépondreSupprimer
  3. Même si je passais plus trop sur ton blog, ça toujours été un plaisir d'y passer !! Il est au top ton blog, et te lire était un plaisir :)

    RépondreSupprimer

Thank you for visiting me!
I almost always answer your comments here or on your blog!
See you soon!