Nue.

Jeudi 1 Août 2013
10h00



Lalilouche



           
Le nude a quelque chose de doux, de frais et de calme. Il est le côté clair de la sensualité, quand la dentelle noire en est l’obscurité.
Le nude n’a pas la couleur de la peau, ou si peu, pourtant il évoque bien le grain du caucasien. Il a quelque chose d’innocent et d’enfantin et c’est pour ça que je l’aime bien. J’aime les nuances, les tons, pourtant, dans ma vie et dans ma tête je souffre souvent de ce que les extrêmes m’accaparent. Je peine à m’auto-nuancer. Entre la noirceur vicieuse et bourgeoise des guêpières Bordelle et la candeur virginale de Caramiya je ne sais jamais qui je veux être, quelle part de moi je dois jouer.
Plus que les chemises lavallières, les shorts en dentelle blanc cassé ou les robes bodycon type Hervé Léger, c’est la lingerie nude qui me séduit. Dans ses jeux de transparence elle insuffle assez de maturité à l’allure du corps pour que l’innocence s’amenuise.
À porter indéfiniment sous des hauts amples, des chemises à demie-ouvertes, des peaux les plus mates aux plus diaphanes, quel que soit le ton donné au corps, la lingerie nude a sa place. Elle n’a rien à voir avec la lingerie prétendument couleur chair dont les Laredoute et autres Chanterelle nous abreuvent, ces lingeries censées galber le corps, amoindrir les formes et étouffer la cellulite. Tuer la féminité en somme. Le nude, lui, sublime, adoucit, met en avant. Moi, franchement, je préfère ça. Et de tous les soutiens gorge nude que j’ai vu jusqu’alors, c’est celui de Lalilouche qui me fait rêver, avec sa lanière ventrale, et croisées dans le dos.
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire:

Thank you for visiting me!
I almost always answer your comments here or on your blog!
See you soon!